image
image
Village Le Bersac, il est
L'euphorbe : son nom générique est celui d'un médecin du roi de Libye qui au premier siècle avant J.-C. découvrit ses propriétés.
Celle-ci est l'Euphorbe petit cyprès ; souche rampante ; tiges nombreuses, ligneuses à la base, à rameaux très feuillés, sans fleurs, groupés sous l'inflorescence. Feuilles linéaires, longues de 1 à 3 cm, larges de 2 à 3 mm. Bractées florales ovales triangulaires, non soudées, jaune clair devenant rouges, de même que les involucres.

(Euphorbia cyparissias ; euphorbiacées)
(Flora Helvetica Haupt 2° éd.1321)
Cliché, à gauche, du 25 juin

L'euphorbe réveille-matin : haute de 10 à 40 cm, la tige est dressée, généralement rameuse, glabre, feuilles alternes, largement obovales, arrondies à l'extrémité. L'inflorescence est en ombelle.

Le fruit est lisse ou finement chagriné.
Cette variété est fortement toxique par le liquide blanc et collant – latex – qui s'échappe de ses blessures.

(Euphorbia helioscopia ;
euphorbiacées)

Euphorbe = nom féminin
(Flora Helvetica Haupt 2° éd.1313)
L'euphorbe verruqueuse : haute de 25 à 50 cm, présente une souche épaisse et ligneuse. Il y a de nombreuses tiges arquées ascendantes, non rameuses. Les feuilles sont alternes, oblongues-ovales, longues de 2 à 5 cm, très finement denticulées à l'extrémité. L'ombelle est généralement à cinq rayons, bifurqués, puis trifurqués. Les capsules sont longues de 3 à 4 mm, couvertes de petits tubercules très rapprochés.

(Euphorbia verrucosa ;
euphorbiacées)

Euphorbe = nom féminin
(Flora Helvetica Haupt 2° éd.1318)
Page 56