image
image
logo serres à la lumière du passé

LES AMIS DU VILLAGE TOURISTIQUE DE SERRES


L'objectif de cette association est de :

- Favoriser les activités touristiques

- Sauvegarder le patrimoine architectural historique exceptionnel et le mettre en valeur

- Préserver l'environnement et le cadre de vie de Serres.


SERRES village culturel, le 3 août 2019

Cette année 2019 a été l'occasion de jumeler les forces des Amis de Serres avec celles de Serres lez'Arts. Cela a donné lieu à des expositions de créateurs divers, expositions placées dans les divers lieux de Serres. Les ruelles, les exposants sont mis à l'honneur et remercié chaleureusement par les élus du Serrois (Conseillère cantonale, députée).
serres à la lumière du passé

Serres s'illumine

Chaque année, le premier WE d'août c'est pleins feux sur les anciennes ruelles, les voûtes et les soustets du village historique.

Durant 3 jours, de nombreuses animations festives sont organisées : fanfare, bal, concerts, musique de rue et démonstrations d'artisans.

Les amis du village touristique de Serres - Programme 2014

Vendredi 1er août
Dès 20 h : ouverture en musique avec la Batucada
A partir de 21 h : Bal sur la placette de la mairie avec l'accordéoniste Jean-Pierre Sedjerari.
Durant toute la soirée, animations de rue : musique, projection, dégustation de frênette et de pain cuit au feu de bois.

Samedi 2 août
L'après-midi, 15 h, atelier vannerie pour le jeune public et pour tous, visite des ateliers des artisans d'art dans les anciennes boutiques du village historique.
A 18h apéritif musical sur la placette de la Mairie.
A 20h30 Concert " Cor et Piano" à l'église de Serres, en partenariat avec Musique au Cœur des Baronnies.

Dimanche 3 août
Grand vide-greniers dans le village historique avec buvette, et petite restauration.

Et aussi
Samedi 9 Août à 20h30 concert " Violon et Piano" à l'église de serres.
Dimanche 17 Août, le salon des collectionneurs à la salle des fêtes.

ET AUSSI : «A LA DECOUVERTE DE SERRES» :
Ouvrage indispensable pour les Serrois comme pour les visiteurs : largement illustré, il met en valeur l'histoire de Serres et son patrimoine. Cet ouvrage est en vente à l'Office du Tourisme de Serres et dans les librairies.


Les amis du village touristique de Serres - Concert

serres à la lumière du passé serres à la lumière du passé
La nuit est presque là. Les lumières commencent à couper des morceaux de nuit et dans la grande rue, en arrivant près de l'église, le son du cor résonne.
Toutes les places sont occupées dans l'église, beaucoup plus que lorsque le prêtre officie !
Dehors, quelques badauds stagnent devant la porte : -Allons-nous payer pour écouter le son du cor et le chant du piano ?
Certes, l'image fait défaut. Quelques gouttes de pluie font fuir les resquilleurs tandis qu'à l'intérieur, seule l'harmonie des instruments enchante les spectateurs et trouble la quiétude religieuse du lieu.

-20h 30, Concert avec Musique au Cœur des Baronnies, cor et piano, à l'église de Serres, avec des œuvres de Beethoven, Schubert, Schumann, Debussy.


Les amis du village touristique de Serres - Objets anciens

serres à la lumière du passé serres à la lumière du passé
L'exposition dans les anciennes vitrines n'oublie pas que cette année est le centenaire de la déclaration de guerre. Quelques rares objets de cette époque sont là, en témoignage.

C'est aussi, réunies en seul lieu, des poupées de tous âges. La plupart d'entre elles ont accompagné l'endormissement et les jeux des petites filles, qui, devenues adultes maintenant, en font collection. Ici aussi : en souvenir.


Les amis du village touristique de Serres - Meunier, tu dors ?

serres à la lumière du passé serres à la lumière du passé
Soudain, au coin d'une rue, un personnage semble interpeller le passant. Son lourd sac de farine est posé à à ses pieds.
C'est un peu de répit, depuis le moulin d'en bas, dans la rude montée, avant d'arriver au fournil du boulanger.
N'ayez crainte, demain, le pain sera cuit à point, au bon goût de farine amoureusement préparée par le meunier.

Les amis du village touristique de Serres - Adélaïde Allier


En cette fin de dix-huitième siècle, Adélaïde boute-en-train et téméraire est envahie par l'envie de voyager.
À l'image de certaines, elle enfile le costume masculin et s'engage dans la marine royale...


Les amis du village touristique de Serres - Alexandre Corréard, et le radeau de la Méduse

serres à la lumière du passé
Le plus célèbre des Serrois au début du XIXe siècle est certainement Alexandre Corréard.
Alexandre Corréard est né à Serres le 4 novembre 1788. Son père Benoît Corréard, marchand, avait épousé en 1774 Elisabeth, la fille de Gabriel Nicolas de Meissas chirurgien et coseigneur de Sigottier. Alexandre est le sixième enfant de cette famille.
Très jeune, Alexandre fait ses études à Serres, puis au prytanée de Compiègne. Il obtient le titre de « savant géographe ». C'est ce qui lui vaut d'être désigné en 1816 par le roi Louis XVIII pour faire partie de l'expédition qui va reprendre possession de Gorée et de Saint-Louis du Sénégal ; quatre vaisseaux doivent conduire les troupes, les savants et les colons. Ils partent le 17 juin 1816, sous le commandement du capitaine de frégate Duroys de Chaumareys qui n'a pas navigué depuis 25 ans !

La Méduse est une frégate de 47 mètres de long, 12 de large avec un tirant d'eau de 5 mètres. Son équipage est de 325 hommes.
Le vaisseau La Méduse se retrouve enlisé le 2 juillet 1816 sur le banc de sable, le banc d'Arguin, près des côtes occidentales d'Afrique. Il est abandonné par les passagers qui prennent place sur les canots de sauvetage en nombre insuffisant et surtout sur un radeau construit avec les bois de la frégate.
Le 5 juillet, les canots peuvent se diriger vers le Sénégal, mais les 147 personnes qui ont pris place sur le radeau, (dont Alexandre Corréard et une seule femme, native des Hautes-Alpes elle aussi), se retrouvent seules, abandonnées avec peu de vivres, sans commandement puisque de Chaumareys est parti sur l'un des canots.

alexandre corréard La frégate Argus parvient cependant à retrouver le radeau et ses rescapés le 17 juillet. Seules quinze personnes survivent, parmi lesquelles Alexandre Corréard, couvert de blessures. Neuf seulement, dont le savant géographe, restent en vie. Ils ne peuvent raconter leurs mésaventures tant ils ont été choqués par ce qui a été leur vie durant ce périple. Seul, Corréard a le courage de parler: scènes horrifiantes d'anthropophagie et de meurtres... Il raconte dans tous les détails la faim, la soif, les mutineries, la folie collective.

Alexandre se rétablit difficilement à l'hôpital de Saint-Louis. Il présente de nombreuses brûlures dues au soleil. Il retourne à Paris sur le bateau La Loire.
Alexandre se lie d'amitié avec le peintre Géricault, sur son lit à l'hôpital de Saint-Louis. L'artiste note les souvenirs qui lui permettent d'exposer au salon de 1819 son œuvre maîtresse, Le Radeau de la Méduse.
Le portrait de Corréard est au centre du tableau; il est représenté de face, le bras gauche levé et tendu vers l'horizon entouré des corps de ses compagnons d'infortune.

Radeau de la Méduse Il faut un peu plus de deux ans à Géricault pour peindre cette toile car il étudie les moindres détails des personnages, fait plusieurs esquisses afin de se décider sur la scène à dessiner. Terminée en 1818, cette toile mesure 4,91 mètres de haut sur 7,16 mètres de long.

Alexandre ne s'est jamais totalement remis de ce drame. Il se retire à Avon, un village près de Fontainebleau. Sa femme est morte, et il n'a pas d'enfants. Il reste seul, sans amis, il est en procès avec la plupart de ses voisins. Il meurt en 1857, à l'âge de 68 ans.

Ce texte est issu de l'ouvrage écrit par les élèves de CP/CE1 lors de l'année scolaire 1996/97, école élémentaire de Serres


Les amis du village touristique de Serres - Belle dame et beau chevalier

serres à la lumière du passé
Le bâtiment de la mairie (maison où est né Alexandre Corréard) est construit sur un passage voûté. Plusieurs caves sont accessibles par ce lieu, certaines ont servi d'abri lors de la dernière guerre.

Cette année, plusieurs personnages hantent cet espace tenu propre et passant.

Mais que sont devenues ces belles dames du temps jadis,
La reine Blanche comme un lis
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
Haramburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
Où sont-ils, où, Vierge souvraine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Ballade des Dames du temps jadis, François Villon (1431 - ?)

2496 visites.